Archives Clap!,  Films

Horsehead : Alice au pays des ombres

Horsehead sort en DVD le 8 novembre 2016. Nous vous invitons à relire notre critique, initialement publiée le 11 mars 2015.

Faire un « film de genre » en France , c’est un peu comme vouloir escalader l’Everest sans équipement. Une mission périlleuse, fatigante et de longue haleine. Avec Horsehead (Fièvre), Romain Basset s’est jeté à corps perdu dans la bataille du film fantastique. Un premier essai hypnotique, comme une longue déclaration d’amour à un genre aux contours sombres et flous.

Mener à bien un film fantastique sur la terre du réalisme social est une vraie satisfaction, quand on sait la difficulté de ces films à exister en dehors du circuit des festivals… et à exister tout court. Cependant, ces productions ne peuvent être jugées qu’à l’aune de ce contexte défavorable. Difficile pourtant de faire abstraction des particularités de création dans le cas de Horsehead. Ce film « guerilla » a mis trois ans à voir le jour, développé en auto-production, à coups d’emprunts personnels et de financement participatif. Romain Basset aura mené son projet à terme grâce à une volonté de fer et une bonne étoile, qui met sur son chemin des fous furieux comme Starfix (désormais producteur) et Tanzi Distribution (The Theatre Bizarre, The Oregonian), dont la passion pour le film de genre permet aujourd’hui à Horsehead d’arriver en salles, dans un circuit d’exploitation certes très restreint mais classique. Cependant le mérite d’un film ne peut reposer que sur le challenge que constitue son existence même.

Promenade onirique et macabre, Horsehead épouse la dimension gore du genre fantastique avec élégance

Au-delà de l’histoire de sa création, Horsehead demeure un objet intriguant. De retour dans sa famille suite au décès de sa grand-mère, Jessica voit son sommeil perturbé par des visions gothiques et sanglantes, où son aïeule l’appelle à l’aide, effrayée par l’approche d’une imposante créature à tête de cheval. Le sommeil est plein de dangers, on a bien retenu la leçon depuis qu’on a fait connaissance avec  Freddy en 1984 dans Les Griffes de la nuit (A Nightmare on Elm Street). Alice moderne, dont les rêves l’entraînent dans un monde d’obscurité et de secret, Jessica (sublime Lilly Fleur-Pointeaux) nous embarque dans le dédale de sa psyché, à la recherche d’une mémoire familiale bien enfouie. Sa confrontation avec des créatures fantastiques, dont la valeur psychanalytique peut paraître surfaite, jalonne un voyage à la poésie peu commune. Promenade onirique et macabre, Horsehead épouse la dimension gore du genre fantastique avec élégance et développe une forte identité picturale teintée de surréalisme. Ainsi, l’enjeu n’est pas (seulement) de développer une histoire horrifique, mais bien de proposer un trip gothique et poétique, où la question même du récit stricto sensu est supplantée par l’importance de l’exploration des formes, dans une expérience sensorielle parfois proche de l’installation artistique.

Si Basset peut donner l’impression de réciter sa leçon, biberonné au cinéma d’Argento, il développe surtout une singularité bien affirmée. Proposition risquée dans son investissement passionné du genre, Horsehead a toute sa place dans un cinéma propice aux expérimentations et aux jeux de citations et offre la belle occasion de revoir à l’écran Catriona McCall, muse de Lucio Fluci, et Murray Head, acteur et chanteur qu’on ne présente plus, frère d’un certain Anthony Stewart

Horsehead (Fièvre). Film français de Romain Basset. Avec Lilly Fleur-Pointeaux, Catriona McCall, Murray Head. Genre : Fantastique. Durée : 1h31. Distribution salles : Tanzi Distribution. Distribution vidéo : Rimini Editions et Reel Suspects. Sortie en salles : 11 mars 2015. Sortie vidéo : 8 novembre 2016.

>

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carole Milleliri

À dix ans, Carole est sûre d’une seule chose : l’unique endroit où elle se sent bien, c’est dans une salle de cinéma. Peu après, elle tombe aussi dans le bain des séries avec The X-Files, puis plonge littéralement avec Buffy The Vampire Slayer. Aujourd’hui, elle partage son temps entre enseignement, critique, programmation et écriture de scénarios.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *