it-follows
Archives Clap!,  Ciné-Rebelle,  Festivals

It Follows : la vague indé’

It_Follows

Le Festival Ciné-Rebelle vous invite à une session de rattrapage le samedi 24 mars 2018 au cinéma Les Lumières (Nanterre). 

Écrit et réalisé par David Robert Mitchell, It Follows retrace la vie de Jay, une jeune fille âgée de 19 ans qui, suite à un rapport sexuel anodin, se trouve hantée par un mal inexplicable avec le sentiment inéluctable d’être suivie par une présence. Ce film sensoriel a remporté le Grand Prix du festival fantastique de Gérardmer et a reçu des critiques élogieuses de la part de la presse française à sa sortie. Retour sur un phénomène. 

AprèsThe Myth of American Sleepover (découvert en France par La Semaine de la critique en 2010), David Robert poursuit son exploration de la jeunesse avec It Follows, présenté en compétition à Cannes en 2014 à La Semaine de la critique et sorti en salles en 2015. Le jeune cinéaste nous embarque à bord du cinéma d’horreur, accompagné d’un bourreau insaisissable qui provoque angoisses et frissons. Il est effectivement question ici d’une sorte de malédiction. Sexuellement transmissible, elle s’accroche à l’âme de sa victime et ne la quitte jamais, sauf si cette dernière couche avec le premier venu afin de lui transmettre ce véritable poison. Le mal, invisible aux yeux de tous sauf de l’adolescente maudite, réitère des visions étranges au sein de chaque individu. Il le fait de manière lente et psychologiquement pesante : le mal vient consumer ses victimes par un viol funeste, ce qui rend le film encore plus dérangeant.

Le postulat pourrait paraître assez commun par rapport aux tropes du cinéma d’horreur, cependant il n’en est rien. Du fait de son style graphique, de son ton mélancolique et de ses émotions à fleur de peau, It Follows se détache d’une production de film d’horreur traditionnelle. Les protagonistes ne sont pas stéréotypés et les clichés du genre nous sont épargnés : on peut ainsi rattacher It Follows à un certain cinéma indépendant. Ce film, avec l’idée de contamination, fait écho à la peur des adolescents face à la sexualité et notamment face aux maladies sexuellement transmissibles. La maladie est incarnée par un être métamorphe : une allégorie qui porte un récit tout en finesse. Avec une réalisation impeccable, David Robert Mitchell éblouit par son usage du silence. Les cadrages et la texture de l’image sont saisissants dans un film qui réussit même à rendre hommage aux thèmes musicaux classiques des années 1970 à travers une bande-son hypnotique.

Film d’horreur et film d’auteur, It Follows est une véritable claque : fort et pertinent, il aborde un sujet sensible avec une esthétique magistralement soignée. Dans son drame, il évoque que l’amour que l’on possède pour les autres s’arrête malheureusement à notre désir de survie.

Par Charline Vasseur et Hugo Cornet (étudiants programmateurs du Festival Ciné-Rebelle 2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *