Livres

Lettres à un jeune monteur

Avec une approche légère, Henri Colpi balaie les prémices du montage et influe sur l’envie d’avaler du classique, d’analyser une séquence, et d’appréhender le montage comme un art dans toute sa singularité.

Petit détour par l’histoire du cinéma, Henri Colpi est notamment connu pour avoir monté Hiroshima mon amour et réalisé Une aussi longue absence (Palme d’or en 1961). Reconnu par ses pairs, il a travaillé avec les plus grands, de Cluzot à Chaplin, de Resnais à Varda ; tous ont fait appel aux talents ingénieux du monteur. A la fois théoricien, technicien et artiste, Colpi a touché à tout avec l’enseignement, le montage, l’écriture et la réalisation.

A travers d’affectueuses injonctions, Henri Colpi délivre au fil des mots tout son savoir. « Cher jeune compagnon », c’est ainsi qu’il interpelle son lectorat. La prise à partie est tendre et chaleureuse. Les premiers mots suffisent donc à solliciter toute notre attention. Des témoignages précieux qu’il distille au gré de son envie. Et l’on passe d’un réalisateur à l’autre, d’un film à l’autre. Ainsi, son expérience d’assistant monteur sur Un roi à New York de Chaplin devient succulente. Approcher au plus près le maître et son caractère bien trempé devient une anecdote touchante sous la plume de Colpi. Car il est aussi question de rapports humains. Tout l’art du montage se situe entre le réalisateur et son monteur, entre la parole et le ressenti, entre l’envie et le possible. Mettre en image, c’est d’abord parler, beaucoup, et exécuter ensuite. Une réflexion sur l’art de raconter par l’image. La salle de montage devient l’enjeu d’un microcosme projeté, une antichambre onirique qui donne lieu à la Création, celle qu’il caractérise ainsi : « On y va donner vie et on y donne toujours vie à des navets aussi bien qu’à des chefs-d’œuvre du septième art ».

D’une écriture fluide et peu ampoulée, Henri Colpi retrace librement l’histoire du cinéma à travers le prisme du montage. Le langage de Griffith, les premiers effets de Méliès et Vertov, le rythme de Gance. Une balade tourbillonnante de l’expérimentation sans fin.

Lettres à un jeune monteur, de Henri Colpi et Nathalie Hureau ; prix : 18euros ; aux éditions Séguier

 

Lettre à un jeune monteur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *