Archives Clap!,  Films

Love & Friendship : Comédie de moeurs piquante

Après son quatrième long métrage Damsels in Distress (2011) et la série The Cosmopolitans (2014), le réalisateur américain Whit Stillman revient au cinéma et livre un nouvel opus en costumes surprenant et original. Librement adapté du roman Lady Susan de Jane Austen, Love & Friendship se déguste comme une madeleine et ce, malgré quelques bémols notables.

Angleterre, fin du XVIIIe siècle. Lady Susan Vernon (Kate Beckinsale) est une jeune veuve dont l’aura séductrice fait fureur au sein de la haute société. Sa réputation et sa situation financière se dégradant, elle se met en quête de riches époux pour sa fille Federica (Morfydd Clark) et elle-même. Aidée par son acolyte de longue date Alicia Johnson (Chloë Sevigny), une Américaine exilée, Lady Susan déploie toute l’étendue de ses atouts pour parvenir à ses fins et ménage notamment deux prétendants : le charmant Reginald DeCourcy (Xavier Samuel) et Sir James Martin (Tom Bennett), aristocrate fortuné mais fortement stupide… Un Américain qui adapte le fameux Lady Susan de la britannique Jane Austen, nous sommes en droit d’être sceptiques. D’autant plus avec Kate Beckinsale (Pearl Harbor, Underworld : Nouvelle ère), associée depuis (trop) longtemps aux superproductions fantastiques et SF, en tête d’affiche. Et pourtant, ce rôle à contre-emploi sied parfaitement à la comédienne. Une agréable surprise, pour ce projet qui éveille dans tous les cas la curiosité. À la fois méprisable et drôle, Beckinsale insuffle à elle seule une énergie captivante à cette comédie de mœurs piquante. Les chassés-croisés amoureux entre les différents protagonistes se suivent, en étant plus ou moins consentis, dans un enchaînement de séquences souvent hilarantes. Mention spéciale également à Tom Bennett, dans la peau du benêt Sir James Martin, puisqu’il rend jubilatoire chaque scène dans laquelle il apparaît.

Love & Friendship © D. R.

© D. R.

La musique de Benjamin Esdraffo ponctue d’autre part merveilleusement cette comédie, en imitant le style musical même de ce siècle, qui rappelle évidemment par moment la sublime bande originale de Barry Lyndon (1975) de Stanley Kubrick et les travaux auditifs du compositeur autrichien Franz Schubert. Malgré ses bons points, Love & Friendship n’est pas totalement à la hauteur de sa charmante et cynique Lady Susan, et manque parfois de piquant. L’intrigue laisse un léger goût d’inachevé et d’insatisfaction et nous aurions aimé que Stillman pousse d’autant plus le cynisme ambiant de son film. Malgré une présentation extra-diégétique plaisante des personnages au début de l’intrigue – avec leur nom, prénom et liens familiaux – le spectateur, face au nombre important de protagonistes, met un moment à imprimer le flot d’informations données par le réalisateur. Bémol également face à la mise en scène épurée, réaliste et sobre de Whit Stillman, qui n’est pas désagréable mais inégale sur l’intégralité du film. En effet, certains plans négligent la lumière et frôlent l’amateurisme en étant largement surexposés. Dommage, lorsque le spectateur voit par ailleurs de nombreux plans très joliment composés à d’autres moments de Love & Friendship. Non sans fausse note, cette comédie de mœurs surprenante a cependant pour elle une originalité et un humour qui font du bien.

Réalisé par Whit Stillman. Avec Kate Beckinsale, Chloë Sevigny, Xavier Samuel… Etats-Unis. 1h32. Genre : Comédie. Distributeur : Sophie Dulac Distribution. Sortie le 22 juin 2016.

Crédits Photo : © Amazon Studios.

Camille Griner

Touche-à-tout, Camille a écrit et réalisé plusieurs courts métrages, et tenu différents postes sur des projets courts (première assistante, chef opératrice, cadreuse, scripte, photographe de plateau). Elle officie également en tant que directrice de casting sur des courts et moyens métrages. En parallèle, elle écrit pour Les Ecrans Terribles et Boum! Bang!, photographie compulsivement tout ce qui l’entoure, et voue un culte inexplicable aux ratons laveurs, aux Clash et à la chèvre Djali dans "Le Bossu de Notre Dame", entres autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *