Arthur Bayon

Nourri aux blockbusters testostéronés et aux Jeudis de l'angoisse, je suis resté très friand de castagne, de SF et d'hémoglobine (on ne se refait pas). Cela dit, je ne suis pas insensible à la folie poétique d'Alejandro Jodorowsky, au réalisme tendre de Hirokazu Kore-eda et l'élégance de Nicolas Winding Refn. Les potentialités de l'animation me fascinent, sur grand ou petit écran.

  • Cube-by-les-ecrans-terribles
    Souvenirs, souvenirs

    Le cube et la matrice

    Comme beaucoup d’enfants des années 90, ma culture cinéma me vient d’abord de la télévision. Pour contourner l’interdiction nocturne de petit écran, j’enregistrais ce qui m’intéressait sur VHS : Star Wars, Retour vers le futur, films des Jeudis de l’angoisse sur M6… Je pouvais ainsi les visionner à l’envi dès le samedi matin, jusqu’à user la bande. Mes souvenirs de salles obscures sont plus diffus, avec quelques dates clés :…