• face-a-la-nuit-les-ecrans-terribles
    Films

    FACE À LA NUIT : L’homme né en trois nuits

    Après Pinoy Sunday (2010), le Taïwanais Wi-ding Ho présente Face à la nuit, une dystopie radicale et réussie qui nous plonge dans la fatale destinée d’un flic perdu. Face à la nuit, c’est la plongée dans trois moments nocturnes avec trois femmes différentes qui ont façonné Zhang Dong Ling et qui vont lui faire commettre l’irréparable. La chronologie est inversée, de l’ hiver 2049, à l’été 2016 et au printemps…

  • 11-fois-fatima-les-ecrans-terribles
    Films

    11 fois Fátima : pour les masos

    A travers 11 fois Fàtima, João Canijo ne fait pas de promotion pour l’office de tourisme du coin. Après Blood of my Blood (2011), il nous embarque avec 11 femmes en route vers Fàtima au Portugal. C’est pertinent certes. On a évité les douleurs physiques, mais notre patience a été éprouvée. On peut avoir une vision très erronée de ce qu’est un pèlerinage, y voir un voyage épuisant que la…

  • Cinéma-des-cinéastes-by-les-ecrans-terribles
    Souvenirs, souvenirs

    Mon Eden sur l’avenue de Clichy

    Mon père quitte la Tunisie pour la France à l’âge de 27 ans dans l’idée de continuer ses études d’architecture.Il rencontre ma mère, une grossesse s’en suit. Puis il m’a rencontré moi. Il était étudiant le jour, la nuit il travaillait dans un hôtel à Passy. Sur le papier je savais que j’avais un père, concrètement c’était un concept qui m’était un peu éloigné. Mais souvent le matin, il revenait…

  • serendipity by les ecrans terribles
    Berlinale

    Serendipity : Filmer pour résister

    Parmi les films présentés à la Berlinale cette année, je n’ai pu voir que Serendipity, le film de Prune Nourry. Brièvement, la sérendipité est le fait de découvrir tout autre chose que le résultat attendu. Et c’est un peu ce dont j’ai fait preuve en choisissant ce film à l’aveugle. Primo, parce que l’amie qui m’accompagnait sortait d’une chimio suite à un cancer du sein (le sujet du film). Deuxio,…