Notre Année 2021

Mohamed Magassa : La Boulimie Visuelle

C’est une habitude qui se confirme chaque année. L’overdose, ce phénomène qui nous frappe sans fin, continue de se répandre dans ce monde impitoyable, dominé il fut un temps par les gros networks américains. Ils doivent maintenant partager une grande part du gâteau avec les géants du SVOD. En cette année 2021, peu de places pour les nouveautés mais surtout la confirmation de promesses que nous avions aperçues auparavant. 

Après un premier essai assez embarrassant avec Nicolas Winding Refn et son œuvre lunaire Too Old to Die Young, Prime Vidéo semble avoir trouvé la formule qu’il recherchait depuis l’annonce d’investissements monstres dans les prochaines années. La formidable mini-série de Barry Jenkins, auteur du désormais culte Moonlight, nous a probablement livré l’une des claques de l’année avec The  Underground Railroad. Tout est réuni en une dizaine d’épisodes avec un casting composé d’acteurs inconnus du grand public. Ce format court colle parfaitement avec les réalisateurs prestigieux qui peuvent mettre en place les idées qui prendraient des années à convaincre des investisseurs du monde cinématographique. Bien évidemment, l’argent est un aspect financier non négligeable mais il faut reconnaître que cela ressemble à l’endroit rêvé pour les metteurs en scène lassés d’être trimballés de toutes parts par le cinéma. 

Le reste de cette année se résume à de très nombreuses nouveautés sans grand intérêt telles Pooch Perfect (ABC),  neXt (FOX) ou Small Fortune (NBC), et la multiplication de services vidéo à la demande confirme que les fans de séries ne sont pas au bout de leurs peines. L’arrivée en France pour 2023 du mastodonte HBO Max aux ambitions démesurées scellera la mise en place du champ de bataille annoncé depuis des années. L’arrivée récente de concurrents comme Disney + ont porté un sérieux coup à l’hégémonie de Netflix qui doit renouveler son modèle pour résister à la menace des géants comme Disney ou Warner. Il serait dur de parier sur les perdants mais ils seront sans aucun doute nombreux. Pour ce qui est des belles surprises de 2021, citons également The White Lotus qui a égayé notre été. Une saison 2 est déjà dans les cartons mais réussiront-ils à se réinventer avec un format destiné au départ à une mini-série ? Dave, la série qui suit le rappeur Lil Dicky a aussi confirmé la réussite de la première saison avec un second volet plus introspectif porté sur les couacs du processus créatif dans la création d’un album de rap (absence totale d’idées, limites des happenings en tant que rappeur). Beaucoup de prises de risques, notamment sur les thèmes, qui se révèlent pourtant payants. 

S’intéresser aux séries est devenu une épreuve de ski de fond où on est lancés sur une piste sans savoir si on arrivera à la fin. Combien de séries débutées ont été abandonnées en cours de route ? Le manque de respiration entre les périodes tend à démontrer un manque total de bon sens qui sera sans doute contre-productif dans un futur proche car la lassitude se fait ressentir de plus en plus chez les fans. 

Suivre les séries est devenu un choix cornélien où le tri est devenu vital. Ce phénomène ressemble furieusement à ce que l’industrie musicale est en train de vivre depuis de nombreux mois (une boulimie contre-productive de sorties d’albums) et cet art commun de se tirer une balle dans le pied ne semble qu’être au début du processus.

Crédits Photo : The Underground Railroad © ATSUSHI NISHIJIMA/ AMAZON STUDIOS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *