Cannes 2022,  Films

Grand Paris : Banlieue cosmique

Premier long métrage de Martin Jauvat, Grand Paris clôt cette année l’édition de l’ACID au Festival de Cannes.

Il y a quelques mois, Le Sang de la Veine (2021), également réalisé par Martin Jauvat, faisait partie de notre sélection de courts métrages coups de cœur. On retrouve aujourd’hui le réalisateur originaire de Chelles à l’ACID au Festival de Cannes 2022, où son premier long métrage risque de déclencher plusieurs (sou)rires dans la salle. Grand Paris relate les tribulations de Leslie (Mahamadou Sangaré), un jeune banlieusard désabusé, et son meilleur pote Renard (Martin Jauvat), tous deux embarqués dans une combine foireuse au fin fond de l’Île-de-France. Sur un chantier de la future ligne de métro – Le Grand Paris Express – ils découvrent un mystérieux artéfact. De quoi se faire un petit billet facilement mais, au fil de leur périple, la banlieue parisienne devient le théâtre d’étranges phénomènes… Martin Jauvat s’amuse une nouvelle fois des clichés associés à la périphérie extra muros, qu’il enchante à coups de néons, de dialogues aussi piquants que savoureux, de personnages farfelus et d’éléments paranormaux.

Véritable terrain de jeu pour ce natif Seine-et-Marnais, le Grand Paris se mue ici en un espace surprenant où se déploient poésie, humour et science-fiction. On suit avec entrain les tribulations de ces deux acolytes touchants et paumés aux confins de l’Île-de-France. Pourtant, passé la première partie du film, on finit par se demander où le récit nous mène (les multiples suppositions autour de l’origine de l’artéfact amusent un moment mais ne font pas tout) et, à force de trop jouer d’humour et d’absurde, certaines longueurs se font sentir sur la dernière partie du film. Et si la bromance entre Leslie et Renard nous tient jusqu’au bout, et que le regard posé par Jauvat sur la jeunesse geek, à laquelle il appartient et dont il décortique les codes malicieusement, séduit, on ne peut s’empêcher de trouver une certaine facilité et un côté inachevé au scénario, notamment dans son final. Ce qui est dommage pour un film si particulier et original dans le jeune paysage cinématographique hexagonal. On est pourtant avides de projets authentiques qui revisitent le genre casse-gueule du film de banlieue, mais lorsque ceux-ci manquent de panache, ça pêche tout de suite un peu. Grand Paris se cantonne donc pour sa part au feel good movie sympathique et cosmique, qui se déguste comme un sandwich au poulet rôti (il en est question dans le film) dont on aurait souhaité qu’il ait un goût plus affirmé. 

Réalisé par Martin Jauvat. Avec Mahamadou Sangaré, Martin Jauvat, William Lebghil, Sébastien Chassagne… France. 01h20. Genre : Comédie. Présenté à l’ACID au Festival de Cannes 2022. Prochainement en salles.

© Ecce Films.

Crédits Photo : © Ecce Films.

Camille écrit et réalise des courts métrages, et officie en tant que directrice de casting sur de nombreux projets. Passée par les rédactions de Studio Ciné Live, Clap! Mag & Boum! Bang!, elle est rédactrice chez Les Écrans Terribles depuis 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.