Cinéma,  Films

Nos Cérémonies : Le pacte des bro’

Présenté à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes en 2022, Nos Cérémonies dresse le portrait audacieux d’une masculinité à double tranchant par le biais d’un amour fraternel viscéral.

Royan, 2011. En plein épisode caniculaire, Tony (Simon Baur) et Noé (Raymond Baur), deux jeunes frères, jouent près d’une falaise au jeu de la mort et du hasard. La caméra s’immobilise soudain, fixant le drame à bonne distance pour mieux capturer l’horreur et la violence de l’accident qui changera leur vie à jamais. Dix ans plus tard, les frangins désormais jeunes adultes retournent à Royan pour enterrer leur père et recroisent la route de Cassandre (Maïra Villena), leur amour d’enfance. Le pacte secret qui unit les deux frères depuis tout ce temps se retrouve alors mis à mal. Dans ce premier long métrage aux grands airs de coming of age, Simon Rieth met en avant une masculinité fantasmée entre ultra virilisme et fragilité de porcelaine, un double motif régulièrement représenté par le biais de personnages masculins sur grand et petit écran ces dernières années. L’esthétique solaire aux couleurs saturées et fortement contrastées termine de rendre ce premier projet « à la mode de chez nous », ancré dans son époque et dans un type de cinéma très prisé par la jeune génération de cinéastes. Pourtant, il se dégage de Nos Cérémonies un certain envoûtement, un rapport à la vie inédit et une relation fraternelle fascinante qu’il est difficile d’oublier après visionnage.

En effet, la relation si particulière qui unit les deux frères, campés par la fratrie Baur, non professionnelle, contribue à accentuer l’authenticité de ce conte étonnant au dosage maîtrisé entre naturalisme et fantastique. Outre la masculinité ambivalente des deux protagonistes, oscillant constamment entre démonstrations de force et de fragilité, Simon Rieth met également en lumière la menace la plus tragique qui plane sur chaque fratrie : celle de la rivalité. Et si l’on sent au départ que c’est Tony, l’aîné, qui domine le duo, la relation entre les deux personnages va ensuite vaciller sans nous laisser prédire où et comment cela va se terminer. Nos Cérémonies, par l’importance habile accordée au hors-champ, mène le spectateur en bateau et déjoue à plusieurs reprises nos attentes, malgré quelques ventres mous dans l’intrigue. Le contrepoint entre l’esthétique lumineuse, solaire et multicolore, et son récit sombre, nourri de pulsions de mort, de rivalité et de jalousie fraternelles, fonctionne parfaitement et nous rend curieux quant aux prochains projets du jeune réalisateur, qui parvient en moins de deux heures à poser un regard aussi captivant que flippant sur l’incertitude de l’existence.

Réalisé par Simon Rieth. Avec Simon Baur, Raymond Baur, Maïra Villena… France. 01h44. Genres : Drame, Fantastique. Distributeur : The Jokers / Les Bookmakers. En Compétition à la Semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes 2023. Avertissement : Des scènes, des propos et des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs. Sortie le 3 Mai 2023.

Crédits Photo : © The Jokers Films.

Camille écrit et réalise des courts métrages, et officie en tant que directrice de casting sur de nombreux projets. Passée par les rédactions de Studio Ciné Live, Clap! Mag & Boum! Bang!, elle est rédactrice chez Les Écrans Terribles depuis 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.