Focus

Journées Internationales du Film sur l’Art à l’Auditorium du Louvre avec Rithy Panh

Une master classe du cinéaste franco-cambodgien Rithy Panh se tiendra le 27 janvier dans le cadre de la 12e édition des Journées Internationales du Film sur l’Art à l’Auditorium du Louvre ! 

Les Journées internationales du film sur l’art (Jifa) explorent chaque année le regard singulier posé par le 7e art sur le processus créatif et le rôle de l’art dans nos sociétés. Pour la 12e édition,  le cinéaste Rithy Panh sera présent pour trois jours de projections et d’échanges.

Au programme : Vendredi 25 janvier à 20h, Les Tombeaux sans noms (Première parisienne), Samedi 26 janvier à 14h30, Les Artistes du théâtre brûlé  et L’image manquante dimanche 27 janvier à 18h. Les films seront projetés en présence de Rithy Panh.

Une Master Classe avec le cinéaste sera également organisée le 27 janvier à la suite de la projection d’Exil à 14h30.

La seconde partie du programme propose une sélection de films récents et des rencontres avec leurs réalisateurs du 30 janvier au 3 février. Une sélection de documentaires diversifiés qui mêle l’archéologie, la philosophie, l’histoire et le processus créatif.

On verra notamment, Carrousel – Une visite au musée à l’époque de sa reproductibilité numérique de Arnaud Gerber, inspiré des essais sur l’art du philosophe Walter Benjamin, Akeji, le souffle de la montagne de Mélanie Schaan et Corentin Leconte, deux jeunes réalisateurs qui ont suivi Akeji, calligraphe et poète descendant d’une lignée de Samouraïs, au pied de la montagne d’Himuro où il vit retiré depuis 50 ans ou encore L’Esprit des lieux de Stéphane Manchematin et Serge Steyer qui retrace la collaboration entre Marc Namblard et le compositeur Christian Zanési pour créer une pièce de musique électroacoustique (Projection suivie d’un concert de Christian Zanési).

Et on vous invite à (re)lire notre papier « Ce sont les petits gestes qui éclairent les grandes causes » : Rencontre avec Rithy Panh, une interview du cinéaste dans laquelle il est question de la colonisation du Cambodge, de la nécessité de prendre le temps pour interroger la grande et la petite histoire et surtout du sens politique des images.

Plus d’infos ici : programme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *