harry-potter-6-by-les-ecrans-terribles
Souvenirs, souvenirs

Obliviate : le jour où je n’ai pas vu Harry Potter 6

Eté 2009. En cette fin de journée brûlante et ensoleillée, je me retrouve devant un petit cinéma à attendre A., un garçon charmant qui m’a donné rendez-vous ici pour découvrir ensemble le sixième opus d’Harry Potter.

Ô joie immense à l’idée que je vais possiblement recevoir un doux baiser bien au frais dans une salle climatisée ! Que nenni ma grande – mais ça, tu ne le sais pas encore… A. arrive à l’heure (c’est déjà ça), une bouteille en plastique à la main dont le contenu ne ressemble nullement à du jus de citrouille. Il semble détendu, je fais celle qui n’a rien vu, et nous entrons dans le cinéma. Nous nous installons dans la rangée à gauche de l’écran, puisque A. émet le souhait de pouvoir caler sa tête contre le mur. Bon, très bien. Il sent fort l’alcool, et j’espère qu’il va simplement s’endormir et non être malade. Il est trop tard pour fuir et puis, j’ai vraiment envie de voir le nouvel Harry Potter !

Les lumières s’éteignent et Le Prince de sang mêlé démarre. Sur les 2h32 du film, mon acolyte n’en voit que dix minutes avant de se mettre à ronfler. Des ronflements entendus par tous dans la salle, et durant l’intégralité du long métrage. Un bruit ponctué par des coups de coudes répétés afin de réveiller mon prince plus charmant. Jamais malaise n’a été aussi bien porté. Je tente tant bien que mal de suivre le film, tout en secouant régulièrement (et sans succès) mon voisin. Générique final, ouf.

Je n’ai rien retenu de ce film en salles, je le (re)découvrirai à sa sortie en DVD. A. se lève, complètement ailleurs, et me suit comme un zombie jusqu’à la sortie. Je vous épargne le final de cette soirée, où A. a tenté de m’embrasser devant mon géniteur, venu me chercher après le film… Mon père en rit encore, et j’en ris depuis l’automne 2009. A., je ne t’en veux pas – sauf peut-être pour le fait d’avoir gâché la mort de Dumbledore. Par contre, j’ai un petit message à faire passer à tous ceux qui pensent que l’alcool peut donner du courage avant de se rendre à un rendez-vous galant : merci de penser à l’autre, aussi stressé que vous, et à qui vous allez complètement bloquer les sécrétions d’endorphine à cause de votre haleine, et vos ronflements si vous sombrez complètement. Et surtout, un peu de respect pour le Cinéma, dites !

Harry Potter et le Prince de sang mêlé. Un film de David Yates, d’après le roman de J.K. Rowling. Avec Daniel Radcliffe, Emma Watson, Rupert Grint… Distribution : Warner Bros. France. Durée : 2h32. Sortie France : 15 juillet 2009.
Photo en Une : ©Warner Bros. France

Touche-à-tout, Camille a écrit et réalisé plusieurs courts métrages, et tenu différents postes sur des projets courts (première assistante, chef opératrice, cadreuse, scripte, photographe de plateau). Elle officie également en tant que directrice de casting sur des courts et moyens métrages. En parallèle, elle écrit pour Les Ecrans Terribles et Boum! Bang!, photographie compulsivement tout ce qui l’entoure, et voue un culte inexplicable aux ratons laveurs et au groupe The Clash, entres autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *