Cinéma,  Films

Wendy : Benh is Back

Huit ans, Benh ! Huit ans ont passé depuis que tu nous as émerveillés avec ton premier film Les Bêtes du Sud Sauvage. Un long métrage qui t’a placé rapidement dans la catégorie des jeunes réalisateurs indépendants à suivre de très (très) près. Suite à ce succès, et tandis que nous pensions te retrouver plus tôt en salles, tu as refusé les offres mirobolantes d’Hollywood et préféré disparaître pendant une petite dizaine d’années… Avant de revenir avec un film que tu avais réellement envie de faire, ni plus ni moins. Ton second opus adapté de Peter Pan m’a-t-il autant charmé que Les Bêtes du Sud Sauvage en 2012 ? Verdict ci-dessous.

Élevée par sa mère célibataire, Wendy (Devin France) s’étiole dans un quotidien dénué de magie. Un soir, la fillette part à l’aventure en sautant dans un train en marche avec ses frères jumeaux James (Gavin Naquin) et Douglas (Gage Naquin). Au terme du voyage, ils débarquent sur une île mystérieuse, où les enfants ne semblent pas vieillir et où règne un garçon rebelle, nommé Peter Pan (Yashua Mack).

Avec seulement deux longs métrages à son actif, Benh Zeitlin a déjà constitué une œuvre bien solide. Celle d’un réalisateur qui, avec sa grande utilisation de gros plans en caméra portée, confronte l’imaginaire de l’enfance à la réalité de la misère sociale : la pauvreté des habitants du bayou dans Les Bêtes du Sud Sauvage, le piètre restaurant peu fréquenté de la mère dans Wendy. Le réalisateur a définitivement ses thèmes fétiches et un style bien à lui. Son rapport à la nature nous fait parfois penser au cinéma de Terrence Malick, et la présence une nouvelle fois de protagonistes enfants à la tête de son casting réveille toutes les émotions procurées par Les Bêtes du Sud Sauvage. Benh Zeitlin est sans doute lui-même un grand enfant, qui nous fait vivre des aventures à travers les yeux des plus jeunes dans des contrées mystérieuses dans lesquelles il(s) s’aventure(nt) avec un plaisir évident. 

Avec Wendy, le réalisateur a trouvé un récit qui correspond tout à fait à son univers : des enfants perdus qui ne vieillissent pas sur une île fantastique. Benh Zeitlin peut déployer avec joie sa patte onirique et poétique. Cette libre adaptation de l’œuvre de J. M. Barrie étonne en occultant complètement l’aspect de magie féérique de Peter Pan, contrairement à Disney et Spielberg en leur temps. Un choix déroutant, mais finalement à l’image de Zeitlin. En découle un drame réaliste, parfois cruel, où la nature aussi belle que dangereuse est perçue en toute pureté par les enfants, comme pour évoquer la magnificence de notre monde que les adultes ne voient plus. Sensoriel et immersif, Wendy nous fait vivre à hauteur d’enfants leurs joies et leurs peines, mais surtout leur innocence qu’il faut préserver, coûte que coûte, en grandissant. 

Wendy ravira tous ceux qui ont été touchés par Les Bêtes du Sud Sauvage. On y retrouve en effet de nombreuses similitudes : le traitement enchanteur de l’enfance, la présence d’une voix off onirique, des plans en caméra portée qui donnent l’impression que le film gambade et sautille à grands pas… Mais également la musique reconnaissable et envoutante de Dan Romer, et un casting de non professionnels une nouvelle fois juste et captivant. La liberté et la candeur suintent ici encore à chaque séquence. Malgré tout, ce second opus enchante moins que le premier film du réalisateur indépendant. Cela est en partie dû au fait que l’histoire de Peter Pan est vue et revue, mais pas que. L’attente suite au choc émotionnel des Bêtes du Sud Sauvage était sans doute trop grande, et Benh Zeitlin nous laisse sur notre faim en conservant ici bon nombre des partis pris qui ont fait la pleine réussite de son premier projet. Wendy confirme ceci dit le talent de Benh Zeitlin et vaut largement le détour pour le voyage poétique et sans complaisance. On espère simplement que son choix de se faire rare au cinéma ne fera pas de lui l’homme d’un seul film, et qu’il osera sortir de sa zone de confort (si plaisante soit-elle) pour la suite.

Réalisé par Benh Zeitlin. Avec Devin France, Yashua Mack, Gage Naquin, Gavin Naquin… Etats-Unis. 01h52. Genres : Fantastique, Drame. Distributeur : Condor Distribution. Sortie le 23 Juin 2021.

Crédits Photo : © Condor Distribution.

Touche-à-tout, Camille écrit et réalise des courts métrages, et officie en tant que directrice de casting sur de nombreux projets. Elle est également la rédactrice en chef des Écrans Terribles depuis mai 2021. Sur son temps libre, elle photographie compulsivement tout ce qui l’entoure, et voue un culte inexplicable aux ratons laveurs, aux bandes originales mélancoliques et au grand écran, entres autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *