Focus

À bout de souffle, l’Exception Culturelle ?

La 45ème cérémonie des César s’est distinguée hier soir par la remise du César du meilleur réalisateur à Roman Polanski, réalisateur de J’Accuse et sempiternel fugitif d’une condamnation pour viol. Grand absent de la Cérémonie avec l’intégralité de son équipe, il a expliqué craindre une “déferlante irrationnelle” de récriminations. La comédienne Adèle Haenel, qui porte des accusations de pédophilie sur le réalisateur Christophe Ruggia, a quitté la salle à l’annonce de cette victoire. Lors de cette soirée importante, Aïssa Maïga a, elle, été bien présente, et frontale dans sa dénonciation du racisme systémique en vigueur depuis de nombreuses années dans le secteur. Nerveuse et sans grand soutien de l’assemblée, elle a rappelé comment les personnes racisées sont depuis longtemps cantonnées à des rôles subalternes ou réducteurs en échange de leur reconnaissance silencieuse. Sur ces deux sujets, l’institution du cinéma français est constante : elle est mal à l’aise et, lalalala elle voudrait qu’on arrête d’en parler. Est-elle définitivement incapable de prendre de la hauteur et de se remettre en question?

Personne n’aurait voulu être à la place de Florence Foresti dans le drôle de numéro de Maîtresse Loyale que lui avait assigné l’Académie des César. On continue d’espérer pour elle qu’elle a négocié un cachet consistant et qu’elle a explosé pour l’occasion le plafond de verre de ses illustres prédécesseurs Kad Merad, Antoine de Caunes, Edouard Baer, etc. L’exercice n’était vraiment pas facile et on était plutôt acquis à la cause de cette comédienne attachante et spontanée qui n’avait pas démérité avec son lapsus au moment de l’annonce des nominations. Mais on a commencé à avoir peur dès le sketch d’introduction de la cérémonie (un interrogatoire hommage à Nikita qui vire en chorégraphie de Joker). Pourquoi ce choix de prendre ses appuis sur les visages de femmes ayant fait l’usage de la chirurgie esthétique? Cette ligne de blague avait déjà été usée l’année dernière et on en n’attendait pas forcément le come-back. Surtout quand les enjeux en cours reposent sur les violences faites aux femmes et la silenciation de celles-ci, poussées à la marge et confinées au mépris.

Adèle Haenel, nommée pour le César de la Meilleure Actrice

Say His Name, Say His Name!

C’est ainsi que se sont ouvertes les vannes de ces César de l’angoisse. Apparemment personne en France n’a les nerfs ou l’inconscience de Ricky Gervais. Même si l’humoriste américain est loin d’être toujours pertinent, on ne pourra pas lui enlever son sens de l’engagement ni de la prise de risque. Si vous êtes sur ce créneau, svp manifestez-vous, on a besoin de vous désespérément ! Parce que faute d’alternative, on est restés dans une joyeuse pataugeoire de blagues réchauffées sur le physique des femmes, ou encore leur poids (avec un tacle bien maladroit au passage à Denis Menochet qui a su rester digne), l’égalité chiens/chats, les gens de petite taille, etc. Sans oublier bien sûr les grandes gagnantes de la soirée : les blagues “ouin ouin on ne peut plus rien dire”. On décernera à ce titre le César d’Honneur de la chouine à Matthieu Kassovitz (talonné par Nicolas Bedos) qui a commencé par expliquer qu’on lui avait interdit de charrier les gays et les trans avant de rappeler qu’il espère encore pouvoir vivre des expériences érotiques avec les actrices. Cette incapacité à rire, à rire de soi, et à réinventer le rire, est allée de pair avec l’incapacité de prononcer le nom de Roman Polanski (avant que Claire Denis ne se trouve obligée de le faire). C’est pourtant les blagues qu’on attendait, mais elles auraient nécessité de regarder les choses en face.

Et dieu sait que regarder les choses en face semble difficile à notre belle famille dysfonctionnelle du cinéma français. Foresti et l’élégante présidente de la cérémonie Sandrine Kiberlain ont été d’une maestria étourdissante dans l’art de faire un pas en avant, deux pas en arrière toute la soirée. Minimisant ainsi les enjeux politiques d’une situation qui l’est pourtant sans ambiguïté. Il n’y a aucun intérêt à rassurer les hommes qui auraient besoin de l’être dans ces circonstances. Ce sont ceux qui profitent de la situation telle qu’elle est et n’ont juste pas envie qu’elle change. Rappeler, comme Kiberlain s’est sentie obligée de le faire, qu’elle a été élevée dans la croyance qu’il y a toujours une grande femme derrière un grand homme est d’une tristesse infinie. Quelqu’un.e pourrait lui dire qu’elle est elle-même très grande et qu’elle n’a pas besoin de se cacher derrière qui que ce soit? D’ailleurs, on n’a pas le cœur non plus d’expliquer à Fanny Ardant qu’on espère surtout ne jamais être enfermée dans le désir des autres au point qu’on se retrouverait incapable de discerner qui est vraiment seul.e contre tous et qui ne l’est pas. Bon gré mal gré, Foresti a enchaîné ainsi les petits tacles avec les petits compromis toute la soirée avant de boycotter la fin de la cérémonie et de poster un laconique “Ecœurée” sur son compte Instagram. Mettant un terme à une bien sombre valse des pantins et des signaux contradictoires.

All César Are Bastards ?

Ces contradictions sont à l’image de la schizophrénie du cinéma français qui ne sait plus où il en est. Toutes ces années à croire qu’il suffisait de se penser de gauche pour être automatiquement une personne formidable et un.e artiste exceptionnel.le. Nul doute que l’Académie imaginait avoir fait des efforts. Pif-paf, on dégage discrétos Jean-Claude Brisseau (condamné pour harcèlement sexuel) des hommages aux personnalités disparues en 2019 pour se racheter une face. Avec le crédit bonne conscience prolétarienne collective de Vincent Lindon qui devait encore courir, ça aurait du être plié rapidement et sans anicroche. Mais voilà qu’on ose venir demander des comptes? Les femmes-objets ne sont plus dociles, et les métèques ne sont plus reconnaissants? Mais quelle vie on vit, je vous le demande?!?

Aïssa Maïga, présentant le César du Meilleur Espoir Féminin

Dans ce contexte lourd de déni, le courage d’Aïssa Maïga est remarquable. Seule en scène, elle a rappelé combien la diversité est convoquée depuis des années en caution, censée démontrer la consistance et la profondeur d’une industrie qui se cherche. Mais qui n’arrive même pas à nommer l’identité raciale. Une industrie qui auto-proclame sa propre exception à l’échelle mondiale, mais pense encore trop souvent que l’expérience et la représentation du racisme sont universelles tant qu’elles permettent de rester confortables.

“Appelez nous comme vous pouvez. On a survécu au whitewashing, au blackface n’est-ce pas Florence, aux tonnes de rôles de dealers, de femmes de ménages à l’accent bwana, on a survécu aux rôles de terroristes, à tous les rôles de filles hypersexualisées… Et en fait, on voudrait vous dire, on ne va pas laisser le cinéma français tranquille. On refuse d’être les bons Noirs, les bons Asiatiques, l’Arabe qui vous laisse tranquille. On est une famille, on se dit tout, non ?” 

Sandrine Kiberlain semblait elle aussi trouver difficilement ses mots pour parler du film les Misérables qui lui évoque une réalité “branlante”. Il n’est pas honteux d’être privilégié mais il est tragique de ne pas en avoir conscience. Aussi tragique que se penser moderne, se penser pertinent, se penser juste, mais manquer de courage en tout point au moment où tous les projecteurs sont braqués sur nous dans l’attente d’un symbole. Parce que l’image qu’on en retient est celle d’une peur d’exception : peur de parler, peur de rire, peur de comprendre, peur de laisser la place. 

En attendant Lyna Khoudri est sacrée Meilleur Espoir féminin pour Papicha. Une magnifique actrice dans un film démagogique d’une grande pauvreté de mise en scène dont le principal parti pris est l’hystérie (ça fait mal aux fesses d’écrire ça mais difficile de le décrire autrement). Il est peut-être beaucoup plus simple de soutenir les femmes quand elles se rebellent contre un obscurantisme exotique. D’ailleurs on relève le silence radio de l’équipe des Misérables, entièrement masculine, qui n’a pas non plus osé trouver ou chercher les mots après le départ d’Adèle Haenel de la salle. Le film de Ladj Ly (qui fait lui-même l’objet d’une campagne orchestrée par l’extrême-droite visant à rappeler la culpabilité du réalisateur dans une affaire de violences et séquestration ayant fait l’objet d’une condamnation) est reparti avec le nébuleux Prix du Public, et le prestigieux Prix du Meilleur Film.

En fin de compte, le fiasco de cet événement incombe en grande partie à l’irresponsabilité et l’inconscience de l’Académie des César qui n’a pas su ou pas souhaité anticiper et cadrer les nominations et la soirée. Et les échos du dîner post-cérémonie ne laissent pas présager beaucoup de remue-méninges. Mais heureusement, l’administration d’Alain Terzian est éphémère comme les gelatto de Fanny Ardant un soir d’été. Le cinéma reste debout et multiple à l’image d’Adèle Haenel et Aïssa Maïga. Fières, elles nous inspirent et rappellent qu’il n’est pas toujours bon d’être accepté.e à n’importe quel prix par un milieu qui vous méprise. Merci à elles.

Fairouz M'Silti est réalisatrice, scénariste et directrice de publication des Ecrans Terribles. Elle attend le jour où la série Malcolm sera enfin mondialement reconnue comme un chef d'oeuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *