Batman Forever,  Dossiers

L’évolution du thème musical de Batman

A l’occasion de la sortie en salles de The Batman de Matt Reeves, retour sur quelques thèmes musicaux marquants qui ont ponctué les aventures du vengeur masqué de Gotham City créé par Bob Kane et Bill Finger en 1939.

Transposé maintes fois à la télévision, au cinéma et en jeux vidéos, l’homme chauve-souris a eu son lot de masques et d’accessoires, mais également un panel de musiques originales associées à ses péripéties qui ont évolué au fil du temps. Le premier morceau connu affilié à Bruce Wayne remonte à la deuxième moitié des sixties dans la série télévisée américaine, intitulée Batman, créée par William Dozier et diffusée entre janvier 1966 et mars 1968. Avec son humour très second degré, ses nombreuses onomatopées rappelant celles des comics et sa colorimétrie punchy, Batman est à l’image du thème de son générique composé par Neal Hefti : enjoué, ondulant et funky. A l’époque, les super-héros sont un divertissement populaire destiné au jeune public sans grande prétention. Et si la série télévisée rencontre au départ un fort succès, l’aspect clairement kitsch du projet finit par lasser les fanatiques de notre milliardaire légendaire dès la seconde saison et en sonne rapidement la fin.

Après une poignée de séries et de films sans grand intérêt (The Batman / Superman Hour, Batman With Robin The Boy Wonder ou encore Super Friends) c’est en 1989 que notre justicier à cape reprend du galon sous l’égide de Tim Burton dans son film culte baptisé sans grande originalité Batman. Tandis que les années 1980 voient les comics évoluer vers des propos plus existentiels, le réalisateur suit la mouvance et livre un long métrage au ton plus sérieux et noir boosté par les remarquables prestations de Michael Keaton et Jack Nicholson. Si l’on se souvient évidemment du groovy Batdance de Prince, spécialement composé pour le film, c’est surtout le thème musical principal imaginé par Danny Elfman qui reste aujourd’hui encore gravé dans nos tympans. Inspiré par la bande originale de Bernard Herrmann dans Voyage au Centre de la Terre (1959) et les feuilletons de son enfance, le musicien américain entre dans la cour des grands compositeurs avec cette partition symphonique et tragique mettant en lumière la dualité de ce super-héros à la fois avide de justice et profondément sombre et torturé. Ce morceau est ensuite repris et largement popularisé dans Batman Returns en 1992 et dans la série télévisée Batman : The Animated Series la même année. Une série, et surtout un générique, qui a longtemps enjaillé mes week-ends devant Les Minikeums.

En plus de son atmosphère gothique fascinante, le Batman de Tim Burton a permis d’instaurer l’image aujourd’hui incontournable d’anti-héros à ce protagoniste depuis maintenant une quarantaine d’années. La patte musicale apposée par Elfman sur les aléas du justicier le plus connu de Gotham perdure jusque dans les années 2000, après un duo de nanars bien nommés Batman Forever (1995) et Batman & Robin (1997), tous deux réalisés par Joel Schumacher. Après ce doublon ringard et déceptif, les fans ont pensé que Batman devait peut-être définitivement remballer son costume et couler des jours heureux avec Alfred dans son gigantesque manoir, bien loin de nos écrans. Et c’est finalement Christopher Nolan qui s’attèle à la lourde tâche de faire renaître le chevalier noir dans une toute nouvelle trilogie, misant sur le réalisme, la ville gangrénée de Gotham et le côté obscur de Batman, dès 2005. Et qui dit nouvelle adaptation, dit nouvelle bande originale. Pour tenter de faire oublier un instant le travail de Elfman, Nolan se tourne vers deux compositeurs de renom : Hans Zimmer et James Newton Howard. A coups de partitions mêlant habilement éléments orchestraux et musique électronique, les deux compères offrent un coup de jeune à Batman dans des thèmes novateurs mais reconnaissables entre mille, suintant l’action et le suspens.

Avec ce tout nouveau The Batman cru 2022, le réalisateur Matt Reeves fait appel à son acolyte de longue date Michael Giacchino (également grand copain de JJ Abrams qui l’a fait entrer dans la lumière). A défaut de réinventer totalement la roue, le compositeur américain prouve une nouvelle fois qu’il sait allier avec brio l’ancien au contemporain. Habile mélange des envolées symphoniques envoûtantes de Danny Elfman et des sonorités modernes et brutes de Zimmer, la bande originale ne fait pas honte à ses prédécesseurs. Épique et gothique, la musique de The Batman fera d’ailleurs probablement plus date que le film en lui-même.

Crédits Photo : The Batman © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved.

Camille écrit et réalise des courts métrages, et officie en tant que directrice de casting sur de nombreux projets. Passée par les rédactions de Studio Ciné Live, Clap! Mag & Boum! Bang!, elle est rédactrice chez Les Écrans Terribles depuis 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *