Focus

HALLOWEEN : sueurs froides et bandes originales

Fantômes, monstres, exorcismes, meurtres, geysers de sang… Le cinéma prend depuis longtemps un malin plaisir à nous faire peur. Et non, une dissimulation grossière derrière une flopée de coussins n’y change généralement pas grand chose. Pour Halloween, retour sur sept bandes originales aussi horrifiques que cultes pour vous ambiancer comme il se doit en ce 31 octobre. 



The Murder de Bernard Herrmann dans Psychose (1960) d’Alfred Hitchcock

Bande originale culte de Bernard Herrmann, la partition de Psychose juxtapose subtilement des nuances de cordes stridentes saccadées et des cordes plus amples, pour un résultat auditif au sommet du cinéma horrifique. Pas sûr que la scène de la douche (à l’origine pensée sans musique) ait le même impact sans ses notes aiguës emblématiques.



Main Theme de Krzysztof Komeda dans Rosemary’s Baby (1968) de Roman Polanski

Voilà un « La, la, la » incessant qui en a fait frémir plus d’un(e). Derrière cette bande originale angoissante se trouve Krzysztof Komeda, collaborateur récurrent de Roman Polanski à ses débuts. Un duo talentueux brisé prématurément suite au décès du compositeur polonais à seulement 37 ans en 1969.



Tubular Bells de Mike Oldfield dans L’Exorciste (1974) de William Friedkin 

Si L’Exorciste reste bel et bien l’un des films les plus effrayants de l’Histoire du cinéma, sa bande originale l’est tout autant. Entièrement composée de musiques préexistantes, elle révélera notamment le morceau Tubular Bells, qui donne un véritable coup d’accélérateur à la carrière d’Oldfield. Son album du même titre est par ailleurs le succès fondateur du label anglais Virgin.



Halloween Theme de John Carpenter dans Halloween, la nuit des masques (1979) de John Carpenter

Avec le thème d’Halloween, la nuit des masques, John Carpenter marque musicalement les esprits. Et c’est encore le cas aujourd’hui. Simple, et pourtant entêtant, ce motif au piano contribue indéniablement à l’ambiance terrifiante du film. Un slasher qui met également en scène l’un des serial killers les plus mythiques du cinéma : Michael Myers.



Main Title de Wendy Carlos dans Shining (1980) de Stanley Kubrick 

Amplifié avec des effets étranges et des voix digitales, le thème de Shining est une version électronique du fameux Dies Irae de la Messe des Morts. Il ponctue le générique d’ouverture du film et le trajet de la famille jusqu’à l’Hôtel Overlook. La bande originale, également composée de musiques préexistantes (notamment de Béla Bartók), appuie brillamment l’atmosphère oppressante de Shining.



Main Theme d’Ennio Morricone dans The Thing (1982) de John Carpenter

Sombre, sinistre et glaciale, cette bande originale crée un véritable impact sur les séquences du film. Lent et lugubre, le thème de The Thing, qui rappelle presque une musique d’enterrement avec ses trombones morbides, figure parmi les partitions les plus efficaces de Morricone.



28 Days Later Theme de John Murphy dans 28 jours plus tard (2003) de Danny Boyle 

Une petite poignée de films d’horreur contemporains seulement peut se vanter d’avoir marqué auditivement à sa sortie en salles. C’est le cas du post-apocalyptique 28 jours plus tard, dans lequel la bande originale lancinante à base de guitares composée par John Murphy est une véritable merveille. Un succès commercial signé Danny Boyle qui lance par ailleurs la carrière de Cillian Murphy.

Crédits Photo : Psychose © D. R.

Touche-à-tout, Camille a écrit et réalisé plusieurs courts métrages, et tenu différents postes sur des projets courts (première assistante, chef opératrice, cadreuse, scripte, photographe de plateau). Elle officie également en tant que directrice de casting sur des courts et moyens métrages. En parallèle, elle écrit pour Les Ecrans Terribles et Boum! Bang!, photographie compulsivement tout ce qui l’entoure, et voue un culte inexplicable aux ratons laveurs et au groupe The Clash, entres autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *